Dans le souci de booster le secteur des assurances en République Démocratique du Congo, le Ministre des Finances, Nicolas Kazadi, a eu une entrevue fructueuse avec tous les patrons des compagnies des assurances. Il s’agit d’une véritable aubaine qui a permis d’examiner minutieusement les différents point-de-vues de ce secteur hyper prolifique pour la croissance économique et la création des emplois fiables et pérennes.

Sans détours, selon le Directeur Général de la SONAS, Lucien Bonyeme EkofoK Lucien qui s’est confié à la presse après cet entretien, le patron des Finances congolaises a évoqué un point important que d’aucuns considéraient comme un tabou à savoir, la fuite inéluctablement exponentielle de l’évasion des primes avec délectation morose à travers les actes que posent les assureurs.

Cependant, des stratégies sont en train d’être affinées par l’Autorité de Régulation et de Contrôle des Assurances (ARCA) en vue de réduire significativement cette évasion qui a élu domicile au vu et au su de tous sans mesures contraignantes.

Le développement du marché des assurances étant une priorité pour le Gouvernement congolais, il sera question pour toutes les parties prenantes de travailler en collégialité et sans duplicité pour atteindre des résultats tangibles.

Au demeurant, la problématique des primes évadées ne pourra être résolue que si l’autorité de l’Etat s’impose en respectant et en faisant respecter de manière scrupuleuse le Code des assurances qui réglemente ce secteur dont l’émergence ne fait l’objet d’aucun doute.

C’est dans ce cadre que l’argentier national a proposé aux assureurs, la création des produits adaptés, car c’est cette ingéniosité qui contribuera à la cristallisation de l’épanouissement réel des assurances en RDC.

Pour catapulter le marché des assurances vers les meilleurs horizons, des choix judicieux ont été faits, à titre d’exemple, le fait de mettre fin au caractère aléatoire et sporadique de la sensibilisation ou de la vulgarisation en tant que paradigme de persuasion pour asseoir et perpétuer cette nouvelle culture.

Ensuite, à priori comme a posteriori, la mise en place d’une unité spéciale pour le contrôle des assurances est une condition sine qua non afin de contraindre les assurés à se mettre en règle.

La RDC n’étant pas encore sortie de l’auberge, Nicolas Kazadi tient ipso facto à remettre les pendules à l’heure dans l’optique de la mobilisation décuplée des recettes publiques dans tous les secteurs.

C’est pourquoi, deux alternatives ont été identifiées pour que la RDC redore son blason sur base des assurances notamment ; la création de sa propre compagnie de réassurance, et l’adoption de la politique de coassurance.

Mitterrand MASAMUNA

Source link