Après trois jours de mission dans le Kongo Central, Cédrick Tshizainga se dit prêt à établir un Plan de relance qui répondra aux besoins réels des Lignes maritimes congolaises (LMC), la société qu’il dirige depuis peu. Ce voyage qui l’a conduit successivement à Boma, Muanda et Matadi, du 10 au 12 août 2020, lui a permis de faire un état des lieux dans le siège des opération de cette entreprise de l’état sous sa direction.    

Cet état des lieux a relevé les nombreux défis auxquels ce nouveau directeur général devra désormais se confronter pour de solutions immédiates et pérennes.

Acquisition d’une flotte, premier défi

Il s’agit d’une promesse qu’il avait faite aux agents lors de la remise et reprise avec son prédécesseur.

« Nous allons acquérir notre propre flotte pour participer à l’autonomie de l’entreprise et participer au budget national du pays », avait-t-il rassuré.

Cédrick Tshizainga : « ma mission dans le Kongo Central est une première étape de l’élaboration d’un Plan de relance des LMC » 2

Cette acquisition va non seulement éviter à cette entreprise de dépenser plus d’argent dans de locations qui lui coutent de sommes exorbitantes chaque jour.

En effet, les Lignes Maritimes Congolaises louent, dans le cadre d’un partenariat avec le belge Marinvests, des navires au coût de 10 000 dollars américains le jour. En d’autres termes, les LMC dépensent environ 150 000 dollars à chaque voyage Anvers-Boma-Matadi. L’armateur public organise deux rotations le mois.

Par ailleurs, il y a lieu de souligner que le commerce maritime de la Rd Congo est largement dominé par des armements qui disposent tous des succursales ou des filiales en RD Congo (Boma, Matadi, Kinshasa) tels que MAERSK LINE/SAFMARINE, CMA CGM/DELMAS et MSC pour le trafic transocéanique et NILEDUTCH ou PIL (Pacific International Line) qui récupère tous les conteneurs à destination de la RD Congo à Pointe-Noire et les amène à Matadi.

« Une situation qui ne doit plus longtemps », ne cessent de marteler les agents.

L’Etat, actionnaire unique des LMC devrait signer, avec cette acquisition, son grand retour sur un marché longtemps dominé par des privés et des intérêts étrangers qui parfois se paient l’outrecuidance d’imposer au pays la fréquence et l’horaire des navires.

En plus, cette acquisition permettra aux LMC de renflouer ses caisses et enfin de contribuer au budget de l’Etat.

Parc à conteneurs, le deuxième défi

Lors de son séjour à Boma, Cédrick Tshizainga a été informé ,par le Directeur provincial Timothée Ngunga, de difficultés auxquelles il est buté pour aménager les conteneurs et assurer à la fois leur conservation et entretien.

Cédrick Tshizainga : « ma mission dans le Kongo Central est une première étape de l’élaboration d’un Plan de relance des LMC » 3

Très optimiste, le nouveau patron de LMC est prêt à affronter cette bataille qui s’annonce ardue devant lui.

“Nous sommes contents que l’entreprise tourne quand même malgré que c’est le seul navire battant pavillon LMC, qui fait la ligne Anvers-Boma et Matadi. Nous venons d’assister au déchargement de la marchandise nous pensons que l’entreprise vit encore et il y a moyen de la faire vivre”, avait-t-il déclaré lors de sa visite sur place.

Troisième défi, assurer la continuité d’un paiement régulier de salaires des agents

Un impératif que le nouveau directeur général s’est promis de respecter comme l’a fait son prédécesseur. Assurance qu’il a réitérée à l’intersyndicale des LMC à Matadi où il avait tenu une réunion dans le but de discuter et écouter leurs difficultés.

Quatrième défi, la construction de l’école de navigation

A la deuxième journée de sa tournée dans la ville de Muanda, Cédrick Tshizainga a visité les terrains de la société destinés à la construction de l’école de navigation qui, malheureusement, sont abandonnés.

Le directeur provincial de Boma et Muanda a fait un plaidoyer l’exploitation de ces terrains dont l’un se trouvant à Kifuku, une des localités de cette ville, est exploité illégalement pour la production du gaz par Perenco Rep.

Avec ce tableau en main, le nouveau patron des LMC a promis de s’atteler pour mettre en place un plan de relance le plus rapidement possible afin de permettre aux LMC de jouer pleinement son rôle qu’est celui d’assurer le transport des importations et exportations en RDC.

Nadine FULA

Sur le même sujet :

RDC : Cédrick Tshizainga, nouveau directeur général des LMC en mission à Boma pour booster les activités



Source link