Le ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention, Dr Jean-Jacques Mbungani, s’est entretenu, ce jeudi 10 juin 2021, avec la délégation du Syndicat National des Professionnels de la Santé (SYNAPS).

Au cours de cette rencontre, il a été question pour le Ministre de la Santé de s’enquérir des informations et comprendre les motivations réelles du mouvement de grève qui vient d’être déclenché dans les différents hôpitaux publics à Kinshasa. Cela en vue d’y trouver des solutions palliatives pour le bien-être de la population.

« J’ai lu et j’ai entendu les différents rapports, concernant vos revendications. Nous allons ensemble dégager des pistes de solution. La recherche de toute solution commence par le dialogue. J’avais voulu vous écouter personnellement et partager avec vous ma vision afin de résoudre vos différentes revendications. Oui ! Vos revendications sont de haute facture et d’intérêt commun », a fait savoir le ministre de la Santé publique à la délégation syndicale.

En effet, Dr Mbungani a rassuré à cette délégation syndicale que toutes leurs revendications sont prises en compte et seront soumises au Chef du Gouvernement qui va convoquer incéssamment une réunion avec les ministres en charge des Finances et du Budget. Et ce, en attendant que cette question soit profondément débattue au prochain Conseil des ministres.

« Avec la 3ème vague de Covid-19 qui secoue le pays et surtout la situation humanitaire à Goma, nous pensons que le moment n’est pas favorable pour abandonner seules nos populations, nos frères et sœurs, nos enfants malades sur les lits des hôpitaux. Il est de notre devoir de répondre urgemment à vos droits », a souligné le numéro 1 de la Santé publique en RDC.

Parmi les revendications, renseigne-t-on, les syndicalistes réclament, entre autres, l’alignement de non primés et la réduction d’écart par rapport à leur rémunération ainsi que les primes des professionnels de santé (médecins, infirmiers et personnels paramédicaux…).

« Nous sommes contents du message du ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention. Concrètement, on a compris que la solution directe à nos préoccupations implique et dépend surtout du Ministère des Finances. Parce qu’il s’agit d’une question financière. Donc, c’est de la compétence des ministres des Finances et du Budget », a déclaré Jean-Fidèle Boyoo, Président national du SYNAPS.

Et d’ajouter : « Nous n’attendons que notre Ministre de tutelle présente nos problèmes au Gouvernement et, en même temps, nous l’accompagnerons dans l’organisation d’un cadre de concertation. Mais, nous n’allons pas encore demander à la base de désactiver la grève jusqu’à ce qu’on verra le bout du tunnel ».

Pour le SYNAPS, l’effet de maintenir la grève constitue aussi une manière d’accompagner le ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention pour réussir sa mission.

« Nous sommes d’accord avec l’excellence Dr Mbungani qui a été chargé de défendre notre cause devant le Gouvernement de la République », a renchéri le Président du SYNAPS.

Il faut rappeler que cette problématique des listes du personnel de santé non alignés a été posée depuis l’année dernière, à l’époque du gouvernement Ilunga Ilunkamba.

Son exécution a connu un retard suite à la situation de covid-19, a expliqué le SYNAPS, en confirmant que les listes sont déjà au niveau de la direction de la paie depuis 2020.

« Nous croyons aux tractations pour que le problème soit vite résolu, cette fois-ci. Nous sommes très satisfaits par rapport à l’assurance du ministre de la Santé qui a décidé de nous accompagner jusqu’à ce que le Gouvernement prenne une décision politique », a conclu Jean-Fidèle, Chef de la Délégation syndicale des professionnels de Santé.

Mitterrand MASAMUNA

Source link