Les élèves

Les membres du Cluster Education, réunissant les acteurs et partenaires oeuvrant dans le secteur éducatif dans la province du Sud-Kivu, souhaitent voir les activités scolaires et académiques reprendre le plus rapidement que possible, afin que les élèves et étudiants poursuivent leur cursus normal.

Ceci est l’une des recommandations assortie lors de la réunion de cette structure éducative ce vendredi 22 janvier 2021 à Bukavu.

“L’ouverture des écoles et universités doit se faire dans le respect des mesures barrières contre la propagation et la contamination du Corona virus”, ont-ils martelé.

Au cours de cette rencontre, les acteurs du Cluster ont passé en revue la situation de l’éducation en province, les points forts et les points faibles (alertes et les gaps), une évaluation sur des écoles qui ont été soit affectées par les catastrophes naturelles (éboulements, inondations etc) ou soit affectées et ou occupées par les groupes armés. Mais les participants ont échangé sur l’opportunité ou pas de la réouverture des écoles, à en croire Oscar Mungaliki, secrétaire du cluster éducation au Sud-Kivu.

En claire, sur ce dernier point, les membres du Cluster éducation au Sud-Kivu ont été unanimes quant à la réouverture des milieux scolaires et universitaires étant donné que plus autres milieux publics sont restés en activité, citant les Nganda, bistrots, églises et marchés fonctionnement normalement.

Pour sa part Makelele Mitima, un des participants a demandé au gouvernement congolais de prendre en considération la recommandation de l’UNICEF, qui demande l’ouverture des écoles tout en respectant les règles hygiéniques de lutte contre la pandémie à corona virus.

Rappelons que dans son communiqué du jeudi 14 janvier de l’année en cours, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF RDC) avait plaidé pour la réouverture des écoles tout en prenant des mesures préventives nécessaires pour rendre les écoles sures que possible.

L’UNICEF avait alors indiqué que la fermeture des établissements scolaires est une menace pour l’éducation, la protection et le bien être des enfants.

Pascal Digadiga Ngabo/L’INTERVIEW.CD



Source link