Celestin Tunda

Celestin Tunda Ya Kasende, vice-premier ministre en charge de la justice, a, dans une correspondance dont une copie est parvenue ce mardi 19 mai à la rédaction de L’INTERVIEW.CD, mis en garde les auteurs ainsi que les citoyens-cyberconnectés et instruit le Parquet à s’activer dans la répression de tous ces antivaleurs relevant de la cybercriminalité.

À en croire Celestin Tunda, tous ces actes feront l’objet des poursuites pénales et appelle les institutions de l’État à préposer des personnes fiables et professionnelles pour la bonne tenue du circuit de traitement des courriers officiels.

“D’autant que de tels documents sont couverts de confidentialité et sont uniquement destinés aux personnes et personnalités concernées, leur diffusion à un public indifférencié pose de sérieux problèmes d’éthique administrative, de manipulation de l’opinion, de viol de secret professionnel et de sécurité tant pour la fonction de ses signataires que pour l’Etat lui-même”, indique ce communiqué.

Et d’ajouter :
“C’est également le cas ses actes criminels de diffusion publique en ligne, comme la sextorsion (par chantage ou extorsion à travers des éléments à caractère sexuel), les revanches pornographiques (par large diffusion des sextapes), la production ou la participation scénique à la pédopornographie, la falsification des documents officiels par des logiciels spécifiques, le montage d’images notamment par photoshop ou autres dans le but de nuire”.

Celestin Tunda notifie que toute personne impliquée dans les phénomènes de cybercriminalité va subir la rigueur de la loi et des services judiciaires.

J.NK/L’INTERVIEW.CD



Source link