Le prix d’un sac de farine de maïs de 25 kg est passé de 34.000 FC à 80.000 FC, à Lubumbashi de mercredi à jeudi. La même tendance est observée à Likasi (36.000 FC à 60.000 Fc) et même à Kasumbalesa (26.000 FC et 68.000 FC). Le constat est fait par les services du ministère de l’économie nationale. Acacia Bandubola Mbongo, la ministre de tutelle, a écrit au gouverneur du Haut-Katanga, Jacques Kyabula, pour lui faire remarquer que cette « hausse vertigineuse des prix dans un temps record ne trouve aucune justification plausible ». Elle s’est insurgée contre ce comportement spéculatif adopté par les opérateurs économiques de cette province.

« Compte tenu de la gravité de la situation, je vous demande de prendre toutes les mesures nécessaires, avec le concours des services de la Division Provinciale de l’Economie du Haut-Katanga, d’appliquer dans la mesure du possible; les dispositions de la loi organique N° 18/020 du 9 juillet 2018 relative à la liberté des prix et à la concurrence qui stipulent qu’en cas de rupture de l’équilibre du marché qui entraîne une hausse excessive des prix, le gouvernement fixe les prix des biens et services même dans les secrets ou les prix sont libéralisés », écrit Acacia Bandubola Mbongo.

Elle a demandé au gouverneur, de mener un contrôle rigoureux des prix afin de rester les prix de la farine de maïs à leur niveau initial et « de sanctionner les opérateurs économiques véreux qui pratiquent des prix illicites ». 

La ministre demande également au président de la Fédération des entreprises (FEC) du Congo de sensibiliser les membres de son organisation « afin qu’ils soient soient solidaires au gouvernement et à la population en adoptant une attitude responsable dans la pratique des affaires pendant cette éprise où notre pays est confronté à une crise sanitaire qui nécessite les efforts de tous et de chacun pour vaincre la pandémie de COVID-19 ».

Sur ce même sujet: 

 

Source link